Discrétion

CrI-5DEWcAAaR3K

Cette semaine, on a vu circuler sur les réseaux sociaux plusieurs photos de cet individu, vêtu et barbu comme une crapule de l’État islamique, à dos d’âne dans les rues de Blois. Blois, dans le Loir-et-Cher. En 2001, j’étais encore enseignant à Blois. Cette année-là, le 11 septembre, n’ayant pas la télévision ni de connexion internet, j’étais allé voir les images des attentats chez un collègue qui habitait dans la ZUP. Au pied de l’immeuble, des pompiers tentaient d’éteindre un véhicule en feu. Nous picolâmes sans retenue et, l’alcool aidant, la répétition quasi hypnotique sur l’écran des tours jumelles qui s’écroulaient, les allées et venues dehors des voitures de pompiers et les youyous qui se faisaient entendre pour une raison mystérieuse dans un appartement voisin, tout concourait ce soir-là à nous donner un sentiment d’irréel et d’étrangeté. Nous étions devenus, en effet, étrangers au monde qui nous entourait. Les semaines suivantes, alors que les premières voix s’élevaient à gauche pour mettre les Français en garde contre les amalgames -comme s’il était nécessaire de rappeler que tous les musulmans ne sont pas des terroristes- les femmes voilées se multiplièrent de façon impressionnante dans la ZUP et dans les rues de Blois.

Depuis, à chaque fois qu’une attaque terroriste est commise au nom de l’islam, c’est le même scénario: au lieu de condamner les attentats, les musulmans se plaignent d’être stigmatisés, ce qui leur permet in fine de jouer les victimes à la place des vraies victimes, et ils se lancent dans une véritable surenchère pour réaffirmer leur visibilité dans la société française. En gros, plus il y a des attentats et plus les musulmans se radicalisent. Cet été, après l’attentat sanglant de Nice, puis l’assassinat du prêtre Jacques Hamel dans une église à Saint-Étienne-du-Rouvray, les Musulmans de France n’ont pas attendu longtemps pour sortir les voiles et les burkinis et pour recommencer de plus belle leur petit jeu pervers: pousser des gémissements et provoquer de nouvelles polémiques. En cela, ils sont soutenus par les habituels gauchistes mais aussi par la presse anglo-saxonne. Cette semaine, le New York Times a ainsi donné la parole à des musulmanes, peut-être même celles qui poussaient des youyous le 11 septembre 2001, et elles ont saisi l’occasion pour se plaindre d’être stigmatisées: «On m’insulte, me crache dessus (littéralement) tous les jours dans le métro, le bus, mon école». Ce témoignage est évidemment extravagant. Vous croisez certainement des musulmanes voilées dans la rue: avez-vous vu de telles scènes? Non, bien sûr. Car nous ne sommes justement pas dans un pays musulman, dans l’un de ces pays où les non-musulmans sont précisément traités de la sorte. En fait, face à l’absence de véritable réaction du peuple français, après les attaques djihadistes, les Musulmans de France en sont donc réduits à inventer des brimades que les Français leur infligeraient. L’une des femmes interrogées dit qu’elle va finir par « partir de ce pays tôt ou tard ». On ne peut que la féliciter: si la civilisation de la France ne leur convient pas, les Musulmans devraient en effet envisager sérieusement d’aller voir ailleurs, dans un pays plus approprié à leurs moeurs -ils nous épargneraient ainsi de prendre la décision désagréable d’une remigration forcée.

Lorsque je vois la photo de cet islamiste sur son âne, qui se promène dans les rues de Blois comme s’il était dans les rues de Mossoul, j’ai envie de devenir violent. Nous sommes en France, bordel. Les gauchistes auront beau nous dire que ce type est libre et que rien n’interdit de se promener à dos d’âne, Edwy Plenel aura beau tweeter des photos de braves paysans français sur des ânes en 1890, il est probable que nous sommes face à une provocation. Mais les gauchistes préfèrent s’indigner lorsque Jean-Pierre Chevènement dit que « les musulmans seraient bien inspirés de faire preuve de discrétion, comme les autres ». Au même moment, des victimes de l’attentat de Nice sont encore hospitalisées.

.

Ajout du 6/9/2016:

En fait, en y réfléchissant, je ne sais même pas si ce type sur son âne, dont la présence est mentionnée sur twitter depuis des mois, est dans la provocation… Car, depuis trente ans, nous avons tellement répété aux immigrés qu’ils pouvaient garder en France les moeurs de leur pays d’origine qu’ils doivent trouver normal de se comporter dans le Loir-et-Cher comme s’ils étaient entre le Tigre et l’Euphrate.

Publicités

6 réflexions au sujet de « Discrétion »

  1. Ping : Provocation – Pangloss encore lui!

Vous pouvez laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s