Service public

emmanuelle-lagarde-et-rachid-nekkaz

Quelle coïncidence. La caméra de France Télevision était justement là, sur la Promenade des Anglais, à Nice, pour filmer ce dialogue entre une touriste et une femme qui porte le voile intégral. Alors que les journalistes auraient pu nous présenter des femmes musulmanes normales qui essaient de résister à l’obscurantisme, ils préfèrent donner la parole à une femme en niqab et ainsi servir la soupe aux islamistes, comme si l’islam se réduisait au wahhabisme. La complaisance de la journaliste est d’ailleurs ahurissante: à aucun moment, elle ne fait remarquer que le port du niqab est interdit par la loi. Ce n’est pas surprenant, car nous avions pu remarquer, dernièrement, que France Télévision avait une fâcheuse tendance à interviewer des femmes voilées, et c’est un nouveau palier qui est maintenant franchi: cette séquence n’est rien d’autre qu’une vidéo de propagande, que la journaliste, Emmanuelle Lagarde, semble avoir préparée, sans recul critique, avec Rachid Nekkaz, l’homme d’affaires qui paye les amendes des femmes qui portent le voile intégral. On veut nous persuader ici que le niqab n’est pas porté par provocation -et qu’il est même propice au dialogue. Est-ce pour cela que les Français paient la redevance audiovisuelle?

Les hommes blancs en ligne de mire

14067575_1892139704347070_5307740057754693963_n

À force de clientélisme et de lâcheté, le parti socialiste est-il en train de s’ethniciser? Nous sommes arrivés à un point où les propos d’une militante socialiste ressemblent à s’y méprendre aux éructations du parti des indigènes de la république. Ainsi, volant au secours de ces femmes qui vont à la plage en burkini, Laura Slimani, fille de professeurs et ancienne présidente des MJS, s’en prend aux « hommes blancs » -et en opposant « hommes blancs » et « femmes musulmanes », elle semble même induire que l’islam n’est pas une religion de blanc.

« Hommes blancs ». On peut s’étonner qu’une fille née en 1989 à Rouen utilise une expression qui nous renvoie aux temps des colonies. En réalité, elle considère que le temps des colonies n’est pas vraiment terminé : dans son tweet, elle parle de « néocolonialistes ». Le néocolonialisme est un concept mis en avant par le PIR et repris par un certain nombre de gauchistes: il vise à dénoncer le racisme des Français à l’égard des descendants des populations colonisées venues en France après la décolonisation. En gros, la décolonisation ne serait pas terminée et il faudrait désormais débarrasser la France de la domination des Blancs. C’est dans cet état d’esprit qu’un « camp d’été décolonial » se tient du 25 au 28 août à Reims: il réunit les soi-disant victimes du « racisme structurel » -traduisez « racisme d’État » – et, surtout, il est interdit aux personnes blanches. Sous couvert d’antiracisme, une sorte d’apartheid à l’envers.

Cette ethnicisation de la société française semble ravir une certaine gauche -celle qui patauge de façon morbide dans la haine de soi et la repentance. Ainsi, l’inénarrable Laurence De Cock, égérie des profs d’histoire gauchistes, dont les prises de position péremptoires prêtent toujours à sourire, n’a pas manqué d’envoyer ses voeux au« camp décolonial » tout en réussissant -bingo- à caser le mot « résistance »:

Décolonial - Decock

On en est là, en France, en 2016. Pendant quarante ans, la France a accueilli des millions de migrants en provenance de ses ex-colonies: elle leur a offert une couverture sociale et médicale, elle a payé les études de leurs enfants et leur a donné la nationalité française. Pour quels résultats? Le racisme anti-blanc a désormais pignon sur rue. Dans ces conditions, ne faudrait-il pas plutôt considérer le néocolonialisme comme le désir des ex-colonisés de coloniser la patrie des ex-colonisateurs?

Promotion Voltaire

FRANCE-ATTACK-POLICE-RELIGION-MOSQUE

Vendredi, dans la grande mosquée de Lyon, le préfet de région Michel Delpuech est intervenu devant ses « amis musulmans » pour les rassurer: « Je condamne avec la plus grande fermeté, des actes ignobles qui, en désignant à la vindicte votre communauté, rappellent, ni plus ni moins, les méthodes qui conduisirent les nazis à la Nuit de Cristal ». Les actes ignobles en question n’ont pas fait 84 morts: ce n’est qu’un graffiti misérablement inscrit sur un mur de clôture de la mosquée de Bron. Le préfet n’a donc pas hésité pas à comparer le sort des musulmans, aujourd’hui en France, au supplice des juifs dans l’Allemagne nazie des années trente. C’est indécent. C’est une honte pour l’intelligence et la République.

Excuses en vrac

Mardi, dans la presse italienne, l’imam d’une mosquée de Nice explique sans complexe que « la laïcité française est responsable des attentats« . Samedi, sur France Infol’historienne Hélène Miard Delacroix explique que l’Allemagne est moins touchée par le terrorisme parce qu’elle est « plus ouverte que la France et qu’elle n’a pas une laïcité aussi affirmée« . Les attentats à Bagdad et à Kaboul, c’est aussi à cause de la laïcité?

On a entendu également le sociologue Raphaël Liogier, invité par BFMTV, dire que la France est visée par des attentats parce qu’elle stigmatise le voile islamique. Peut-il nous expliquer, alors, pourquoi il y a des attentats en Irak? À cause de la colonisation de l’Algérie, peut-être?

Ainsi, certains universitaires n’hésitent pas à voler au secours des terroristes islamistes en leur trouvant des excuses. Raphaël Liogier devrait peut-être songer à démissionner de la fonction publique. Il pourra ainsi jouer les experts à temps complet sur OummaTV.

Les gauchistes boycottent la Marseillaise

si-tous-les-elus-etaient-debout-pour-la-minute-de-silence-quatre-elus-de-la-majorite-sont-restes-assis-pour-la-marseillaise-1468953516

Le 18 juillet, à Grenoble, cinq élus écologistes et d’extrême-gauche ont refusé de se lever pour entonner la Marseillaise après une minute de silence en mémoire des victimes de l’attentat de Nice. Une partie de la gauche en est donc arrivée à ce point, incapable de rendre hommage à des concitoyens tombés un 14-juillet.