Un pays en voie de sous-développement

Screen-Shot-2016-08-03-at-5.54.55-PM

Un bus attaqué et incendié, le 28 juillet 2016 à Saint-Denis.

À Paris, le nombre de SDF a augmenté de 50% en trois ans. Ce n’est qu’un aspect du processus de tiers-mondisation de la France. Il y aussi les attentats de ces derniers mois et la violence quotidienne des migrants dans les rues de la capitale. Notre pays ressemble de plus en plus à un pays en voie de sous-développement. Faut-il alors s’étonner, comme le font les médias, que les touristes évitent de venir en France? Qui aurait envie de passer ses vacances en Somalie?

Notre classe politique est nulle

attentat-nice-hollande-prolonge-letat-durgence

Notre classe politique est nulle. Elle a un temps de retard; elle donne l’impression de courir après l’événement. On a pu encore le vérifier avec François Hollande qui a annoncé en vingt-quatre heure que l’état d’urgence prendrait fin le 26 juillet puis qu’il allait être prolongé de trois mois. Mais, surtout, notre classe politique est comme tétanisée au moment d’analyser la situation. Les attaques terroristes frappent nécessairement par surprise: l’état d’urgence, qui mobilise des milliers de militaires, de gendarmes et de policiers, n’empêchera pas de nouveaux attentats -mais il va fatalement épuiser les forces de l’ordre. Le chef de l’État a également annoncé l’intensification des frappes françaises contre l’État islamique, en Irak et en Syrie: «Nous continuerons à frapper ceux qui, justement, nous attaquent sur notre propre sol, dans leur repère». N’a-t-il donc pas compris que le danger est sur le sol français et que c’est donc en France qu’il faudrait, alors, frapper?

Le néant

capture-d-ecran-de-l-allocution-televisee-de-francois-hollande-le-15-juillet-2016-a-l-elysee-a-paris-apres-l-attaque-terroriste-de-nice_5638123

Le 14 juillet, le Président de la République annonçait la fin de l’état d’urgence. Quelques heures plus tard, après l’attaque islamiste de Nice, il annonçait la prolongation de ce même état d’urgence. Comme si l’état d’urgence empêchait les attentats. Ce type est un jean-foutre; il n’a aucune idée. Il aurait pu tout aussi bien annoncer l’interdiction des camions. Nous ne sommes pas gouvernés, nous ne sommes pas protégés.