Croisée des chemins

video-hollande-tuer-un-pretre-cest-profaner-la-republique

Nous ne pouvons pas nous habituer au terrorisme. Les mensonges et la lâcheté de nos dirigeants, pour maintenir l’illusion du vivre-ensemble, vont conduire la France à la catastrophe. Les attentats qui se succèdent montrent à quel point la politique migratoire de ces quarante dernières années a été une erreur. Ce soir, dans son allocution télévisée, François Hollande donnait l’impression pénible d’être mort de trouille: après l’attaque terroriste de Nice puis l’assassinat d’un prêtre ce matin par des djihadistes à Saint-Etienne-du-Rouvray, il craint des représailles ou des affrontements. La peur habituelle de l’extrême-droite, tant de fois instrumentalisée. En réalité, s’il y a des violences, les politiciens, mais aussi les journalistes ou encore les juges qui libèrent des apprentis djihadistes seront en première ligne: c’est contre eux que la colère des Français s’accroît. Cela fait un an que nos dirigeants nous disent que nous sommes en guerre: il serait temps de livrer bataille. Qu’attend-on pour se montrer impitoyable avec les islamistes? Les mosquées radicales doivent être fermées -et non pas protégées- et les musulmans qui refusent les règles de la vie en France doivent être expulsés sans compassion. Il faut terroriser les terroristes et leurs complices. Souvenons-nous de Danton qui disait: «Soyons terribles pour éviter au peuple de l’être» -si l’État continue à être défaillant, la situation deviendra en effet incontrôlable.

896799-243-morts-dans-des-attentats-en-france-entre-2012-2016-infographie-big

Publicités

Notre classe politique est nulle

attentat-nice-hollande-prolonge-letat-durgence

Notre classe politique est nulle. Elle a un temps de retard; elle donne l’impression de courir après l’événement. On a pu encore le vérifier avec François Hollande qui a annoncé en vingt-quatre heure que l’état d’urgence prendrait fin le 26 juillet puis qu’il allait être prolongé de trois mois. Mais, surtout, notre classe politique est comme tétanisée au moment d’analyser la situation. Les attaques terroristes frappent nécessairement par surprise: l’état d’urgence, qui mobilise des milliers de militaires, de gendarmes et de policiers, n’empêchera pas de nouveaux attentats -mais il va fatalement épuiser les forces de l’ordre. Le chef de l’État a également annoncé l’intensification des frappes françaises contre l’État islamique, en Irak et en Syrie: «Nous continuerons à frapper ceux qui, justement, nous attaquent sur notre propre sol, dans leur repère». N’a-t-il donc pas compris que le danger est sur le sol français et que c’est donc en France qu’il faudrait, alors, frapper?

Le néant

capture-d-ecran-de-l-allocution-televisee-de-francois-hollande-le-15-juillet-2016-a-l-elysee-a-paris-apres-l-attaque-terroriste-de-nice_5638123

Le 14 juillet, le Président de la République annonçait la fin de l’état d’urgence. Quelques heures plus tard, après l’attaque islamiste de Nice, il annonçait la prolongation de ce même état d’urgence. Comme si l’état d’urgence empêchait les attentats. Ce type est un jean-foutre; il n’a aucune idée. Il aurait pu tout aussi bien annoncer l’interdiction des camions. Nous ne sommes pas gouvernés, nous ne sommes pas protégés.