En attendant la charia

shar

Corto nous en a parlé: lInstitut Montaigne vient de publier un rapport censé nous démontrer qu’un islam français est possible. L’enquête, auprès d’un échantillon de 15000 personnes, permet de distinguer 3 types de musulmans: une « majorité silencieuse » (46% des sondés), des « conservateurs » (25%) et des « autoritaires » (28%). Mais, lorsque nous regardons le détail de l’enquête, les choses sont beaucoup plus compliquées, comme s’il était difficile de distinguer les musulmans modérés des plus radicaux.

Selon l’Institut Montaigne, le fait qu’il existe en France une majorité silencieuse prouverait que les musulmans sont en majorité bien intégrés: l’auteur du rapport, par ailleurs fondateur des Young Mediterranean Leaders, nous précise que  « leur système de valeurs est en adéquation avec la société française ». Tellement en adéquation, d’ailleurs, qu’ils «contribuent à faire évoluer [la société française] par leurs spécificités religieuses ».

Quelles sont ces spécificités religieuses?  L’enquête met en évidence  un certain nombre de caractéristiques largement partagées par les musulmans: 31 % des enquêtés se rendent une fois par semaine dans une mosquée ou une salle de prière ; environ 65 % des musulmans se déclarent favorables au port du voile ; enfin; 70 % des enquêtés déclarent « toujours » acheter de la viande halal. La mosquée, le voile, la viande halal: c’est donc dans ce sens que des musulmans, que l’on dit parfaitement intégrés, contribuent à faire évoluer la société française ! Sans hésiter, l’Institut Montaigne propose des mesures pour que les Français se soumettent s’adaptent aux pratiques de ces musulmans. Nous nous consolerons en pensant qu’il s’agit de musulmans modérés: cela nous laisse un peu de temps avant l’instauration de la charia.

Après les musulmans modérés, le second groupe, qui représente 25% de l’échantillon, est qualifié de « conservateur »: ce sont des musulmans qui revendiquent la possibilité d’exprimer leur appartenance religieuse dans l’espace public, souvent au mépris de la laïcité. Mais l’Institut Montaigne se veut rassurant: pour ces musulmans, la charia a une grande importante sans toutefois prévaloir sur la loi de la République. C’est seulement le troisième groupe, 28% des musulmans, qui cherche à imposer de façon autoritaire le port du niqab et la stricte application de la charia, en les faisant passer avant les valeurs de la République. En fait, c’est dans ce groupe que l’on trouve ceux qui nous ont déclaré la guerre.

Les islamistes radicaux représentent donc 28% des musulmans! Rien que cela! Combien de personnes cela fait-il? Pour le chercheur Patrick Simon, de l’INED, les musulmans seraient en France entre 3,9 et 4,1 millions. La démographe Michèle Tribalat estimait déjà la population musulmane à 4,2 millions en 2008, ce qui ferait probablement 5 millions aujourd’hui, compte tenu de l’évolution démographique. Le ministère de l’intérieur retient également le chiffre de 5 millions de personnes. Aussi, 28%, cela fait 1,4 millions de radicaux! Si nous ajoutons les 25% de « conservateurs », cela donne 2,6 millions de musulmans qui ne sont pas modérés.

Nous avons un gros problème. Le véritable état d’urgence est là.

Publicités

Service public

emmanuelle-lagarde-et-rachid-nekkaz

Quelle coïncidence. La caméra de France Télevision était justement là, sur la Promenade des Anglais, à Nice, pour filmer ce dialogue entre une touriste et une femme qui porte le voile intégral. Alors que les journalistes auraient pu nous présenter des femmes musulmanes normales qui essaient de résister à l’obscurantisme, ils préfèrent donner la parole à une femme en niqab et ainsi servir la soupe aux islamistes, comme si l’islam se réduisait au wahhabisme. La complaisance de la journaliste est d’ailleurs ahurissante: à aucun moment, elle ne fait remarquer que le port du niqab est interdit par la loi. Ce n’est pas surprenant, car nous avions pu remarquer, dernièrement, que France Télévision avait une fâcheuse tendance à interviewer des femmes voilées, et c’est un nouveau palier qui est maintenant franchi: cette séquence n’est rien d’autre qu’une vidéo de propagande, que la journaliste, Emmanuelle Lagarde, semble avoir préparée, sans recul critique, avec Rachid Nekkaz, l’homme d’affaires qui paye les amendes des femmes qui portent le voile intégral. On veut nous persuader ici que le niqab n’est pas porté par provocation -et qu’il est même propice au dialogue. Est-ce pour cela que les Français paient la redevance audiovisuelle?